Le Domaine : une ancienne métairie du XVIIIe siècle

Le Relay de la Source était autrefois une ferme de caractère sise au cœur de ses 20 hectares. Le domaine compte aujourd’hui 1,17 hectare disposé autour d’un bâti typique, témoin vivant de cette ancienne activité rurale.

Le gîte la Bergerie

La façade Sud de la Bergerie

La façade Sud de la Bergerie

La construction du gîte rappelle les principes architecturaux des granges de Vendée : une haute nef de 6m sous toiture est flanquée de 2 bas-côtés. La nef a longtemps servi de bergerie : à l’extérieur, côté fenêtre du salon, on peut encore voir les gonds des anciens vantaux du portail.

Un des bas-côtés était dédié à la basse-cour : de cet ancien poulailler – devenu cuisine – il reste des traces visibles :

  • 3 anciens pondoirs ont été conservés et réhabilités en niche décoratives.

-> Voir la bergerie, gite 5 personnes

 

Le gîte le Cosy

Le gîte fait partie de la plus ancienne construction de la métairie, qu’on date approximativement de 1740. A l’origine, la maison d’habitation des fermiers donne sur la cour, tandis que la cave s’ouvre sur la campagne. Cette configuration est restée actuelle, le gîte a pris la place de la cave mais a gardé le charme de sa situation en contrebas du terrain, avec sa terrasse entourée de murets de pierres.

-> Voir le Cosy, gîte 2-4 personnes

La cour de ferme

La cour est fermée au Nord par la grange agricole, transformée aujourd’hui en garage, sellerie et écurie. Le linteau de bois à 3 m de haut laisse deviner l’ancien emplacement du grand portail.

La cour et la grange écurie à gauche

La cour et la grange écurie à gauche

Charnière de porte monoxyle

Charnière monoxyle

Côte ouest, l’accès à la piscine couverte longe les anciens toits à cochon : ce bâti est typique du bocage vendéen.

Il présente des toitures basses, à 2 pans. Les portes sont particulières : leur charnière bois est monoxyle, elle fait partie de la même pièce de bois que la porte.

A droite des toits, un mur ferme la cour, il semble être le vestige d’une construction plus importante : on lit encore les emplacements des linteaux et des pannes de charpente. Nous n’en savons pas plus pour le moment.

La cour intérieure

La partie privative est constituée d’un préau donnant sur une cour. Au fond de la cour, notre maison d’habitation fut autrefois une forge : le salon a conservé de très beaux volumes en hauteur : on imagine aisément l’emplacement du soufflet. Au dessus de la cuisine, l’étage a longtemps servi de chambre pour les garçons de ferme.

Certains anciens du village ont connu cette époque. Autres temps, autres mœurs…

 

Allé en haut