La Rivière le Lay et sa source

La rivière le Lay et la source de la Solissonnière sont situés à 200 mètres des gîtes, en contrebas du hameau. Selon le sens du vent, vous pourrez entendre un agréable son de cascade d’eau, à partir du jardin ou de la piscine.

Le Lay, fleuve côtier le plus important de Vendée

LAiguillon-Lay-LaFaute

Le Lay traverse le massif du bocage puis les plaines du Sud Vendée, avant de rejoindre l’océan à l’Aiguillon sur Mer. C’est la rivière la plus longue de Vendée, elle est réputée pour ses nombreux lieux de pêche, et ses paysages changeants.

Côté bocage, la rivière est en réalité double : Le Grand et le Petit Lay se rejoignent à Chantonnay pour former un seul et unique cours d’eau.

Anecdote historique :

En 1790, les départements se constituent et sont nommés : il est d’usage d’attribuer alors le nom du cours d’eau le plus important. le Grand et le Petit Lay sont retenus pour renommer l’ancien département du Bas-Poitou : « les Deux-Lays ».

L’histoire raconte que les 2 députés d’alors ne sont vraiment pas beaux. Le jeu de mot devient facile : le »département des 2 laids » risque de froisser les susceptibilités. Le choix va donc se porter sur la Vendée, rivière d’importance moindre qui passe notamment à Fontenay le Comte.

La source de la Solissonnière, connue dès l’Antiquité

Les eaux de la source de la Solissonnière proviennent d’un cheminement souterrain. La fontaine a été aménagée en lavoir, elle est placée sous la protection de la vierge du haut de la grotte qui la domine.

Débit rapide de l'eau de sourceLa grotte de la SolissonnièreLe bassin lavoir de la SolissonnièreLe lavoir et source de la SolissonnièreLa source et el Grand Lay vus de la Grotte

L’explication géologique est simple

  1. Le sous-sol du bassin de Chantonnay est composé de calcaires qui se sont fracturés ou effondrés le long d’une faille appelé « sillon houiller vendéen ». Les failles – ou pertes – ont une forme d’entonnoir qui précipite les eaux de pluie dans la roche.
  2. Le sous-sol ressemble à un gruyère : des galeries naturelles, creusées dans le calcaire, canalisent l’eau jusqu’à la source de la Solissonnière. Géologiquement, ce « gruyère » s’appelle un karst, tandis que la remontée de l’eau à la surface (source) est désignée comme une « résurgence »

Pour la petite histoire, le débit de l’eau souterraine est plutôt rapide : 5km par jour. L’eau de la source se jette directement dans le Grand Lay.
De mémoire d’ancien, jamais la source ne s’est tarie, même lors de longs épisodes caniculaires.

Allé en haut